Archives de Tag: Vernis

Drip Dry d’OPI : Le truc qui ne sert pas à rien

Qui ne s’énerve jamais pendant que son vernis sèche ? Sachant qu’il faut 6 à 12 heures pour qu’il soit vraiment sec, on a amplement le temps de faire de jolies marques de drap ou de l’abîmer en farfouillant au fond de son sac à la recherche des clés. Bref, il existe moult occasions de ruiner sa manucure (qu’elle soit faite par une pro ou à la maison, d’ailleurs).

Chez OPI, on ne lance pas la french bicolore ni trois nuances de « khakis », mais on pense un peu à tout quand même : les gouttes Drip Dry permettent de faire sécher plus rapidement le vernis en surface (on peut donc vaquer à ses occupations sans rester les mains en l’air pendant une heure) tout en traitant les cuticules, car elles contiennent de l’huile de jojoba. On applique une à deux gouttes sur chaque ongle une minute après l’application de la dernière couche de vernis (si si, c’est clair). J’ai découvert ce truc que j’oserais presque qualifier de magique (toutes proportions gardées, hein) dans le nail bar OPI, rue Réaumur.

La magie a un prix : 19,70 € les 9 ml quand même, chez Sephora. On peut néanmoins les trouver pour moins cher chez Delorme, passage de l’Industrie.

Poster un commentaire

Classé dans Beauté

Envie(s) de plage

Dans deux semaines, la plage… Et les envies qui vont avec !

Une petite tunique Antik Batik, parfaite pour la plage, Be boutique, 53 euros

Une ceinture tressée pour aller avec, Masscob sur Modetrotter, 39 euros

Des espadrilles toutes simples, blanches, Espadrilles Mauleon, 6,90 euros

Un nouveau rouge pour l’été, OPI

Une fouta en nid d’abeille, Miareva, 15 euros


Un petit panier en osier tout simple, en feuilles de palmiers et cuir, Babouche-maroc, 17,90 euros

Poster un commentaire

Classé dans Beauté, Mode

Le Bain Dissolvant Sephora : retirer son vernis, c’est funky !

Qui n’a jamais pesté en retirant son Rouge Noir, obtenant, après avoir utilisé 4 cotons et 10 ml de dissolvant, un contour de l’ongle pas net, voire même, osons, carrément cracra ?

Il y a quelques mois, je découvrais au hasard de mes pérégrinations (trop régulières) chez Sephora ce produit étrange : « Bain dissolvant express ».

Peu réjouissant a priori : un bain de dissolvant ? Cet espèce de produit ultra agressif décliné en « bain » ? « Express » en plus ? Complètement antithétique avec la notion de bain, pensé-je… Et potentiellement d’autant plus violent pour les ongles, s’il agit en deux secondes. Ils nous prennent vraiment pour des c… chez Sephora, fut ma première conclusion.

Mais je n’avais plus de dissolvant, argument de poids pour lui laisser une deuxième chance. De toute façon, ce ne sera pas la première fois qu’on nous prend pour des imbéciles en cosméto… Je rejette un oeil au truc.

Sans acétone (ah, c’est bien pour mes petits ongles, ils ne seront pas desséchés) ; sans paraben (re ah) ; enrichi en provitamine B5 et en vitamine E (que demande le peuple). Bref, le prix de ce produit quinafinalementpaslairsimalqueça ? 7,90 euros. Plus cher qu’un dissolvant classique, mais ça a l’air sur le papier bien plus pratique, et c’est en tous les cas beaucoup plus funky. Il faut mettre du fun même quand on retire son vernis. Oui oui !

Je rentre avec le machin, et comme je suis une grosse geek des produits de beauté, je le teste illico sur une manucure pourtant nickel (oui, je sais).

Spectaculaire, le truc. Vraiment. J’appelle même ma mère pour lui dire.  Enfin, pas exprès non plus, mais j’arrive à glisser l’info dans la conversation. Elle n’a jamais mis de vernis, mais elle fait mine de trouver ça révolutionnaire, aussi.

Allez, la preuve en images (de piètre qualité, mais on se rend tout de même compte).

Débarrassons un ongle recouvert d’une couche de base, de deux couches d’un rose bien vif (je n’ai pas dit « bien pouffe »), et d’une couche de top coat.

On trempouille l’ongle dans l’espèce de mousse imbibée de dissolvant, on attend 2 ou 3 secondes en le frottant un peu contre la mousse et il ressort tout propre. J’avais envie de dire « blanc comme neige », mais j’ai trouvé que cela sonnait bizarre pour un ongle ; l’idée de forger le néologisme « net comme neige », plus adapté, m’a effleurée, mais je me suis dit finalement non. L’ongle ressort donc tout propret, restons-en là, et ce n’est déjà pas mal.

N’est-ce pas merveilleux ?

2 Commentaires

Classé dans Beauté