Archives de Tag: Soin

La Crème de Huit heures : produit culte ?

Pas pour moi !

Il y a quelques années, j’ai eu la mauvaise idée de craquer pour l’un de ces must-have beauté encensés partout, par (presque) tout le monde et depuis des années (triple caution sur le principe, on en conviendra) : la célébrissime Crème de Huit heures de la non moins célèbre Elizabeth Arden.

Une crème qui, depuis 1935, tient le haut du pavé des crèmes icôniques.

Pourquoi ce nom ?

Une cliente de la Maison appliqua par hasard ce produit sur le genou de son fils, qui s’était écorché, et remarqua une amélioration de son état « huit heures plus tard ». Bon bon. Par hasard ? Oui, car la fameuse Crème de Huit heures est une déclinaison de l’onguent utilisé par la créatrice pour assouplir les sabots de ses chevaux. C’était d’ailleurs son argument de vente : « Essayez-la, je l’utilise pour mes chevaux », lorsque la Crème de Huit heures fut commercialisée.

Dans ce cas !

Les promesses

Cicatrisante, anti-inflammatoire, antioxydante, idéale pour réparer les peaux abîmées ou irritées : oui, la Crème de Huit heures est tout cela à la fois, au moins sur le site de Sephora et sur sa boîte en carton. Le produit est aujourd’hui décliné en soin des lèvres et en soin des mains, mais c’est évidemment très marketing, tout cela.

Rappelons que ce n’est pas un produit dont il faut se tartiner le visage, mais à utiliser localement.

Le prix

26,90 euros pour un tube de 50 ml.

Alors ?

Une odeur très spéciale qui ne plaît pas forcément. Comprenons par là que, si elle ne vous indispose pas directement, elle risque fort de ne pas avoir l’heur de plaire à la personne qui partage votre couche. J’ai vérifié.

Autre point relativement problématique, la crème est tellement grasse que ce n’est pas le genre de produit à appliquer avant d’aller au bureau. La solution ? Etre en free-lance.

La texture, donc. Hyper grasse. Le genre de crème qui tolère d’être appliquée sur les pieds en couche épaisse, recouverte de chaussettes en coton pour ne pas tuer les draps. On luit, on brille de mille feux, mais pas comme on voudrait. Et on colle.

La composition est vraiment crade. Petrolatum, huile minérale… Berk.

Côté efficacité : rien de miraculeux en plein hiver, au moment où on se jette dessus en attendant justement un miracle.

Je préfère largement mon tube d’Homéoplasmine (Boiron) qui a une compo tout aussi rock’n’roll, c’est vrai, mais qui a le mérite d’être presque 10 fois moins chère et plus agréable à utiliser, bien que très grasse également. Pour les mains, la Crème Rêve de Miel (Nuxe) suffit largement.

Que faire de toi petit pot ? Le bûcher ?

Ayant (au moins) opté pour l’édition vintage, je me console en conservant (jusqu’à quand ?) le petit pot blanc et rose, réédition rétro du packaging initial.

2 Commentaires

Classé dans Beauté