Archives de Tag: Marion Cotillard

Les Petits Mouchoirs

Hier, j’ai été voir le dernier film de Guillaume Canet, Les Petits Mouchoirs.

Ayant beaucoup aimé le très réussi Ne le dis à personne, j’attendais la sortie de celui-ci avec impatience. Bilan des courses : moui bof.

Le scénario, d’abord : le film s’ouvre sur l’accident de scooter de Ludo (Jean Dujardin), à la sortie du Baron, par un petit matin blafard. Stéréotype sur pattes, Ludo incarne tout ce que je n’aime pas, mais c’est une autre histoire. Tout le monde rapplique dare-dare à l’hôpital, Marie (Marion Cotillard avec de l’eau dans les yeux et un insupportable rôle de femme-enfant incasable, qui essaie tout, les mecs, les filles et noie sa solitude en fumant des pétards dans des sweats à capuche trop grands), Eric (Gilles Lellouche, dragueur impénitent qui ne croit pas en l’amour), Max (François Cluzet, que j’aime par ailleurs beaucoup mais qui en fait un peu trop), Vincent (Benoît Magimel, qui se rend compte qu’il est tombé amoureux de Max, son meilleur ami- « j’aime tes mains »-), Antoine (Laurent Lafitte, greffé à son téléphone), leurs femmes/petites amies respectives…

Tout ce petit monde décide quand même de partir deux semaines en vacances : « c’est ce que Ludo aurait souhaité »; « s’il lui arrive quelque chose, on remonte illico ».

S’ensuivent 2h34 (!) de scènes sympathiques (bateau, plateaux d’huîtres, apéros,…) avec leur lot de petites mesquineries et de joies, les remises en question… Forcément, on s’identifie un peu : rien que du très quotidien, somme toute, le temps passe plutôt vite, et Canet utilise plutôt bien le ressort de l’émotion. Mais ils en font tous un peu trop, et à force d’être des caricatures d’eux-mêmes, le film finit forcément par en devenir un peu caricatural.

On sort touché(e) et un peu bouleversé(e), en regrettant de les avoir oubliés (ses mouchoirs) mais pour ma part un peu énervé(e) d’avoir cédé aux ficelles un peu éculées de la facilité…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Culture

L’exception Inception

De mi-juin à début septembre, côté cinéma, on a bien souvent à choisir entre la peste (un bon film d’action US pourri) et le choléra (une bonne comédie romantique US pourrie). C’est bien dommage, c’est justement le moment où on adorerait profiter de la fraîcheur d’une salle obscure, et de la désertification qui sévit au mois d’août. On ne se laisse pas abattre, on file à la Cinémathèque ou dans une bonne vieille salle du quartier Latin, toujours constantes, elles, dans leur programmation.

Mais parfois, certains étés, on a de la chance, on ne comprend pas très bien ce qu’il se passe, on n’y croit presque pas, de très bons films sortent dans le circuit classique, ugc/mk2/pathé/gaumont  en plein mois de juillet, voire en aôut, sans la foule des grands événements oecuméniques que sont la fête du cinéma, le printemps du cinéma, bientôt l’été indien et le noël du cinéma, à laquelle on est habitués.

Hier, très en retard, j’ai donc vu Inception (Christopher Nolan), dans une salle quasi déserte, le rêve, avec clim mal réglée, moins drôle. Courez, ce film vaut le coup d’oeil, même si le scénario se révèle un peu compliqué (les rêves s’emboîtent, le rêve et le réel se mêlent)… Il laisse la porte ouverte aux interprétations (de manière assez facile à la fin, je n’en dirai pas plus, mais c’est à mon sens une des seules faiblesses du film, l’effort dans le dernier millimètre…), Di Caprio est exceptionnel, vraiment ; on retrouve l’actrice qui tenait le premier rôle dans Juno, Ellen Page ; Marion Cotillard, qui est parfaite dans le rôle ; et Joseph Gordon-Levitt, qui a, nous dit Grazia, le bon goût de porter des tee-shirts à l’effigie de Serge Gainsbourg, en plus d’être doté d’un physique plutôt avenant. On en retrouve plein d’autres aussi, qui participent aux séances de sommeil collectif… Pour faire vite, Leo et sa troupe, extracteurs de secrets qui s’introduisent dans les rêves, sont chargés cette fois d’implanter une idée (c’est la fameuse « inception ») dans l’esprit d’un jeune héritier.

En passant, j’ai vu la bande annonce du prochain Guillaume Canet, Les petits mouchoirs, qui sortira le 20 octobre 2010… Vivement la sortie !

Poster un commentaire

Classé dans Culture