Archives de Tag: Jacques Tati

L’Illusionniste : grâce, tendresse et nostalgie

Si vous n’avez pas aimé l’atmosphère désuète et touchante des Triplettes de Belleville (2002), L’Illusionniste risque de vous laisser de marbre. Moi, j’ai adoré ce film. Il est sorti en salles le 16 juin, mais je ne l’ai  vu que la semaine dernière. Ce n’est pourtant pas faute d’en avoir eu envie dès que j’ai vu la bande-annonce… « Ooooooh un nouveau film de Sylvain Chomet… »

Mon voisin s’est endormi, tant pis pour lui ! Pour ma part, je n’ai pas vu le temps passer, et je vais y retourner, tant qu’il est encore en salles. On nous parle d’un « film d’animation pour enfants à partir de 10 ans », mais LIllusionniste ravira tout autant les adultes. Enfin, un certain types d’adultes, plutôt : les grands enfants.

Sylvain Chomet rend ici un très bel hommage à Jacques Tati, en animant un scénario inédit du célèbre réalisateur des Vacances de Monsieur Hulot (1953), qui lui a été confié par Sophie Tatischeff, la fille de Jacques Tati.

Un artiste  dégingandé d’une infinie délicatesse, en profond décalage avec son époque (inspiré par Tati lui-même, qui s’est lui aussi produit au music-hall) ; une jeune fille qui vient « troubler » sa solitude et lui apporter un peu de fraîcheur, avec qui il va nouer une relation père-fille faite de sacrifices et d’attentions, beaucoup de pudeur et d’élégance, un peu d’humour, sur un fond de nostalgie permanente : celle d’une époque révolue, où les tours du prestidigitateur amusaient encore les foules. C’était compter sans l’avènement du rock’n’roll et de la société de consommation (clin d’oeil à la « Nux Girl », affichée en 4×3…).

A l’ère de la 3D, on ne peut que saluer le talent et les partis pris de Chomet, qui disait dans un entretien accordé au Point que « (…) on ne pourra jamais remplacer le dessin à la main des films en 2D par l’ordinateur. L’animation en 2D, c’est indémodable, parce que c’est du dessin et que ça bouge et ça, c’est magique ».

Ouf.

Poster un commentaire

Classé dans Culture