Archives de Catégorie: Beauté

Velours mat de Nars : perfect

Un énième rouge à lèvres rouge, presque le même, mais toujours différent (si si !)… Profitant de la présence d’une conseillère Nars chez Séphora, j’ai acheté ce samedi un crayon à lèvres Velours Mat, un peu dubitative au départ (quelques préjugés sur la tenue, la précision d’application…).

Eh bien, outre les très jolies couleurs et la promesse « mat » respectée, ils tiennent très bien SANS dessécher (ils sont enrichis en vitamine E et en agents émollients). Et je dois dire que zapper l’étape crayon se révèle très pratique, particulièrement lors des retouches !

Le prix est peu ou prou celui d’un rouge à lèvres classique (24 €).

Le souci (prévisible) est que, maintenant, j’ai envie d’en acheter d’autres… Presque les mêmes, mais un peu différents… Forcément !

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Beauté

Le Pschitt Magique de Garancia : magique, comme son nom l’indique !

Après avoir lu beaucoup d’avis très positifs sur ce produit (en particulier le papier de Teddy, ici, qui a achevé de me convaincre), et comme j’arrivais à expiration de mon nettoyant habituel, je me suis laissée tenter par la célèbre mousse de Garancia.

Garancia, une marque qui repose sur l’association d’actifs botaniques traditionnels et de nouvelles technologies (« L’alchimie botanique du futur »). La marque se positionne à la fois sur un terrain très scientifique (on ne plaisante pas avec les formules, qui font l’objet de nombreux brevets), mais aussi sur celui, plus sensoriel, du rêve et du plaisir d’utilisation avec des noms qui s’inscrivent dans l’univers de la magie et des visuels très soignés.

Revenons donc au Pschitt Magique. Micropeeling sans grains et à l’action biologique, il peut être utilisé tous les jours. Sa formule associe 6 extraits botaniques : l’eau florale d’hamamélis, riche en tanins et flavonoïdes ; l’eau florale de rose, astringente ; l’eau florale de bleuet, décongestionnante et adoucissante ; l’extrait de thé vert, riche en polyphénols ; la pulpe de concombre, aux propriétés décongestionnantes et hydratantes, et de l’extrait de jus de citron frais, tonifiant, astringent et éclaircissant. La formule, sans savon, convient aux peaux sensibles.

On applique le produit, présenté en flacon pompe (un bon point !) et on le laisse agir 30 secondes sur la peau.

Effectivement, ça marche ! Le teint est moins gris, plus lumineux, la peau plus douce. Petit bémol pour moi : l’odeur, dont je ne suis pas fan…

Voilà qui donne en tous cas très envie de tester d’autres petits produits magiques !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Eau de sourcellerie (parfum- soin aux essences poudrées aromatiques)

Formule ensorcelante 3 en 1 (nourrit, hydrate, gomme)

Diabolique tomate (crème d’eau anti-âge à effet bonne mine)

Pschitt magique

Philtre légendaire et centenaire retrouvé (sérum aux essences magiques « embellisseuses » de teint et embaumantes)

Mystérieux repulpant (sérum concentré anti-âge au venin de serpent)

Abracadabaume Perfect Illusion (actif correcteur de rides et de pores dilatés)

Le prix du Pschitt Magique est d’environ 25 € pour 2 mois d’utilisation.

3 Commentaires

Classé dans Beauté

Baume à lèvres nourricier de Sanoflore

Un soir, en traînant chez Monop’ (qui ferme à minuit et qui se prête donc particulièrement aux errances nocturnes*), je suis tombée sur la dernière mouture de Sanoflore. J’avais acheté deux jours auparavant le Baume Hydramax + de Chanel qui me donnait déjà pleine satisfaction dès ses premières utilisations, mais j’ai eu besoin de contrebalancer psychologiquement cet achat (33 € donc) par un baume moins cher (peu ou prou 5€), considérant que j’aurais moins de peine à le trimbaler dans le métro. Et puis j’ai bien aimé son nom, « nourricier », ça fait tout de suite plus fontaine de jouvence de la nutrition que « nourrissant ».

Forts du constat que nous ingurgitons au cours d’une vie une quantité non négligeable de rouge à lèvres (presque 3 kg, un chiffre qui colle un peu la nausée quand on se représente la chose en bâtons… et j’imagine que c’est une moyenne en plus ? Erk), ils ont développé, chez Sanoflore, un baume entièrement composé d’ingrédients alimentaires bio que l’on peut donc avaler gaiement. On y trouve entre autres du miel de tilleul, du beurre de karité et de l’huile essentielle de ciste bio. Et puis le pot est mignon.

Cela donne un baume au bon rapport qualité-prix, à la texture un peu trop moelleuse (pour ne pas dire « molle ») à mon goût, j’en ai trop mis la première fois…  Je ne suis pas particulièrement fan de l’odeur/du goût, mais cela reste subjectif, et ce n’est vraiment pas gênant. L’effet sur les lèvres reste discret, on ne brille pas de mille feux après l’application, ce qui est plutôt agréable.

Côté efficacité, je le trouve moins spectaculaire que le Chanel. Je l’ai appliqué un soir après avoir pris quelques rafales de vent, et je n’ai pas vraiment ressenti de soulagement immédiat ni de réparation des petites peaux sèches qui étaient apparues. Par contre, en entretien, il est très bien.

Côté compo, ça donne :

Helianthus Annus seed oil; MacadamTernifolia seed oil, Glyceryl Dibehenate, Tribehenin, Glyceryl Stearnate, Butyrospermum Parlii Butter, Glyceryl Behenate, Benzyl Alcohol, Parfum, Stearic Acid, Glycerin, Limonene, Linalool, Rosmarinus Officinalis Leaf Extract, Zingiber Officinale Root, Cistus Ladaniferus Oil, Tocopherol, Citral, Benzyl Benzoate, Gernaiol Benzyl Cinnamate, Citric Acid, Helianthus Annuus Seed Oil

* Lucette, elle est pour toi !

Poster un commentaire

Classé dans Beauté

Baume à lèvres Hydramax + de Chanel

J’ai commencé il y a un mois à chercher frénétiquement un baume à lèvres digne de ce nom pour passer l’hiver (en pot, c’est psychologique, j’ai l’impression que c’est plus efficace). L’occasion d’apprendre que la valeur refuge sur laquelle je misais (Nutrisource Lèvres de Biotherm) n’existait plus (la marque se cantonne désormais à son baume en tube). Eh bien force est de constater que cette quête, sans être aussi mouvementée celle du Graal, n’exagérons rien, se révèle un peu fastidieuse.

J’ai parlé ici de mon peu d’affinités avec deux must du genre : le baume à lèvres By Terry et ce célébrissime concentré d’huile minérale qu’est La Crème de Huit heures, deux produits qui, cela dit, se révèlent corrects, mais dont le rapport qualité-prix est à mon avis des plus mauvais.

Bref, donc je n’aime ni l’un ni l’autre, Nutrisource, qui était d’une efficacité exceptionnelle, n’existe plus, j’en ai un peu assez d’utiliser Rêve de Miel… On m’a proposé de tester Rexaline chez Sephora, une marque que je ne connais que de nom. La texture est top et l’effet sur les lèvres vraiment agréable, on sent « qu’on a quelque chose » sans effet gras ni brillant. Oui parce que, comme si c’était un plus, la plupart des baumes à lèvres se fendent d’un effet glossy. Ce qui en élimine d’autant… Problème de Rexaline : je ne supporte pas du tout l’odeur (ça sent le miel, mais pas dans un esprit Nuxe, ça m’a vraiment gênée).

Je tombe donc par hasard sur le baume Chanel, difficile à trouver et au prix prohibitif. Outre le fait que cette marque ne m’a jamais déçue, cette recherche du baume à lèvres commence à me fatiguer. Je fais fi de son prix (33 € de mémoire, ce qui reste moins cher que les 44 € du By Terry), considérant que le pot durera longtemps (et j’ai bien considéré, puisque à l’usage, la texture fait qu’on en met très peu à chaque fois). La présence du beurre de karité en tête de la liste des ingrédients a achevé de me convaincre (pas d’eau en pôle position, ni, pire, de l’infâme petrolatum que l’on retrouve chez E. Arden et bien d’autres).

Ce qu’en dit Chanel

Dès l’application et à tout moment de la journée, ce baume à la douceur exquise soulage les lèvres sèches et abîmées. Au cœur de sa formule, l’actif exclusif Ceratonia PFA* relance la dynamique d’hydratation de la peau au sein même des cellules, pour une teneur en eau toujours optimale.
Les acides gras essentiels de la formule délivrent une action de nutrition immédiate.
En complément, l’extrait d’huile de graines de coton répare les lèvres durablement. Assouplies, lissées et nourries, les lèvres retrouvent l’apparence tant désirée d’une bouche parfaitement repulpée et satinée.
* Polyfractionnement des Actifs. Procédé spécifique à CHANEL permettant la création d’actifs cosmétiques ultra-purs.

Ce que j’en dis

La texture est un peu déroutante de prime abord. J’entends par là qu’elle est très fine sur les lèvres, pas du tout comme le baume Rexaline ou le Rêve de Miel. J’étais donc un peu déçue de ce côté-là, associant l’idée d’une texture cocooning avec celle d’une meilleure hydratation. On a donc l’impression dans les premières minutes que les lèvres restent un peu sèches et que la mince couche de corps gras est un peu placebo. Pourtant, quelques heures après, l’effet est là… Disparue la sensation d’inconfort, et les petites peaux ne sont plus là… En outre, à l’usage, c’est l’un des rares produits qui a un effet « cumulatif ». On sent que les lèvres sont mieux hydratées, certes, mais pas seulement sur l’instant. L’effet dure dans le temps. Pas mal pour qui, comme moi, passe 8 heures par jour avec son rouge à lèvres et n’a pas le loisir de se retartiner de stick toutes les cinq minutes.

Le parfum est discret et élégant, comme tous ceux des cosmétiques Chanel… Et je reste une grande fan des packagings.

Note pour moi-même : Toujours miser sur les valeurs sûres…

 

2 Commentaires

Classé dans Beauté

Envies de décembre

Je continue ce petit rendez-vous mensuel instauré par Teddy avec ma (petite ?) liste de décembre. L’occasion aussi de faire un point sur la concrétisation, ou non, des Envies de novembre.

Fond de teint Mat Lumière, Chanel

Risque de craquage : 80 %

Un nouveau fond de teint, maintenant que le hâle de l’été s’en est allé (haha).

Fard à paupières Prussian, Mac

Risque de craquage : 40 %

Je ne sais pas d’où sort cette envie-là, qui est affublée pour l’heure d’un faible risque de concrétisation, justement parce qu’elle vient de nulle part et risque de ne pas résister à un examen approfondi. Mais j’ai envie d’un bleu foncé.

Soin Redken Chemistry

Risque de craquage : 70 %

Découvert sur le blog de Deedee, ce soin répare et restructure les cheveux. Le potentiel de craquage n’est qu’à 70 % car je risque de manquer un peu de temps ce mois-ci, mais je sais que je le testerai. Conclusion : on risque de le retrouver en janvier avec un pourcentage plus élevé…

 

Philtre Légendaire et centenaire, Garancia

Risque de craquage : 50 %

Depuis quelque temps, j’utilise le Pschitt Magique et je suis complètement bluffée par son efficacité. J’envisage donc d’élargir cette découverte à d’autres produits Garancia, et comme j’ai besoin d’une lotion

 

Et que sont devenues les tentations de novembre ?

J’ai trouvé un (même deux) baume(s) à lèvres, j’en reparlerai cette semaine.

J’ai racheté ma crème pour les mains Nuxe, dont le packaging et l’odeur ont changé, c’est encore mieux.

J’ai résisté à l’huile au karité Furterer car j’attends d’avoir vraiment terminé tous mes produits (pas avant 2013 donc), au vernis Chanel parce qu’en ce moment noir c’est noir, à la crème L’Oracle de Lush parce que bon, j’en ai 2 d’ouvertes en ce moment, au masque frais Céréal Killer parce que la dernière fois que je suis passée chez Lush j’ai oublié de l’acheter, mais j’ai craqué pour plein de petites choses hors-liste…



Poster un commentaire

Classé dans Beauté

Moi Jane in the Lush’s Jungle, toi ?



Ne m’avouant jamais vaincue, que ce soit pour une affaire d’après-shampooing ou pour des choses plus fondamentales, j’ai racheté il y a quelque temps un produit que je n’avais pas aimé chez Lush : Jungle. Sa nouvelle présentation y est sans doute pour beaucoup : il s’est longtemps présenté sous la forme d’un bout de savon à la coupe (cf. photo) et désormais il ressemble à feu Babyface, ce qui le rend plus maniable (cf photo bis).

4 years before


Mes cheveux étaient déjà bouclés et secs. A l’époque, j’avais déménagé chez Lush, je testais presque tout (sans aller quand même jusqu’aux shampooings pour cheveux blonds ou gras). Jungle n’a pas transformé l’essai : je l’ai trouvé pénible à utiliser, inefficace, j’avais l’impression d’avoir les cheveux encore plus rêches et le produit s’effritait dans les cheveux à l’application, se rinçait mal, bref, rien pour lui à part son odeur, me suis-je dit.

J’ai donc généreusement offert Jungle à ma mère, qui m’a promis de l’utiliser, mais qui a sans doute trouvé le modus operandi un peu fastidieux elle aussi, puisqu’elle ne s’en est pas beaucoup servi (euphémisme). Jungle a fini sa courte vie sur le rebord de la baignoire, seul.

4 years later

Cherchant quoi acheter et me sentant la témérité d’une Jane sautant de branche en branche dans une jungle victorienne, je glisse un regard vers Jungle, qui sent toujours aussi bon, qui a donc changé de présentation et de prix (forcément, puisqu’il est désormais présenté en « babyface » de 55 g et non plus aux 100g).

Je demande gentiment s’il est toujours aussi nul niveau efficacité. La vendeuse me répond qu’il est quand même a priori conçu pour les cheveux secs (il est plein de beurre de cacao, entre autres choses nourrissantes).

Je me dis que Jungle mérite peut-être une seconde chance et qu’à 4,95 € sa seconde chance ne me coûtera pas trop cher et qu’au pire, ma mère me remerciera de lui offrir un petit Jungle presque neuf.

Sauf que sauf que !

Je fais cette fois-ci tout bien (j’apprends, avec l’âge, à respecter les consignes d’utilisation), je mouille la chose, je la passe sur les cheveux, j’en mets dans les mains, je repasse les mains dans les cheveux pour finir de bien imprégner l’ensemble, je démêle et je laisse quelques minutes. Force est de constater que le peigne glisse tout seul (ce qui n’arrive jamais), que cette odeur très verte (vétiver, cèdre, bois de cèdre, chlorophylle) est très addictive, que le produit se rince très bien et que les cheveux sont tout doux une fois secs.

Ne manque finalement que Tarzan dans cette histoire !

Ingrédients : Beurre de cacao (Theobroma cacao), alcool cétéarylique (et) laurylsulfate de sodium, propylène glycol, extrait d’avocat frais biologique (Persea gratissima), stéarate de glycéryle (et) stéarate de PEG-100, alcool cétéarylique, acide stéarique, parfum, lécithine de soja, figues fraîches (Ficus carica), bananes fraîches bio (Musa paradisiaca), fruits de la passion frais (Passiflora edulis), kumquats frais (Fortunella japonica), bromure de cétrimonium, huile essentielle d’ylang-ylang (Cananga odorata), huile essentielle de vétiver (Vetiveria zizanoides), huile essentielle de cyprès (Cupressus sempervirens), huile essentielle de bois de cèdre (Juniperus virginiana), chlorophylle (CI 75810), limonène*, cinnamal*.
* Naturellement présent dans les huiles essentielles.

1 commentaire

Classé dans Beauté

SOS peau en détresse ?

Le Baume beauté éclair fait partie de ces produits que j’ai toujours regardés du coin de mon oeil circonspect. Sans doute trouvé-je (le poids des mots, toujours) que le « éclair » vendait du rêve à basse probabilité de concrétisation immédiate. Peu crédible, donc.

Heureusement, j’ai la chance d’avoir une conseillère Marionnaud d’excellent conseil, qui, voyant ma détresse au moment de choisir un produit gratuit le mois dernier (c’était l’offre 2 produits achetés 1 offert) m’a dit : « Et le Baume éclair de Clarins ? C’est vraiment un excellent produit… » (je passe sur l’argumentation, je l’attendais au tournant, mais elle a gagné la partie).

Je ne l’aurais sans doute pas acheté, mais n’ayant absolument besoin de rien (j’espère une Révolution, je stocke) et ayant quand même le droit de repartir avec un produit de mon choix, je me suis dit pourquoi pas.

Effectivement, outre son odeur très agréable, le BBE fait une super belle peau, lumineuse et moins marquée. Un petit bémol toutefois, je trouve qu’il peluche un peu sous le maquillage, mais niveau éclat du teint, il est parfait.

Quand on n’a pas la chance de l’avoir gratuit, le Baume beauté éclair coûte 32 €. Mais c’est un bon investissement !

1 commentaire

Classé dans Beauté