Archives mensuelles : octobre 2010

Le Chat du Rabbin

J’aime énormément l’univers qu’a su créer Joann Sfar dans cette série que j’ai découverte aux hasards des suppléments BD de Libé, un été. Dans le quartier juif de l’Alger du début du XXe siècle, le chat du Rabbin, capable de parler depuis qu’il a mangé le perroquet de Zlabya, la fille du rabbin, expose ses questionnements métaphysiques. Ce chat, doté d’un physique particulièrement ingrat avec ses grandes oreilles, son absence de poils et sa silhouette rachitique tente de répondre à cette question : « peut-on apprendre la Torah à un chat (qui parle) ? » Il doit en effet devenir un bon juif pour pouvoir continuer à passer du temps avec Zlabya. Mais loin d’apprendre bêtement, le chat pose des questions plus que pertinentes et n’hésite pas à contredire le rabbin et à questionner des points de doctrine. Il porte également un regard critique et amusant sur les « croyants » ; les amies de sa maîtresse… Après avoir aidé son maître à réussir une dictée (condition sine qua non pour qu’il conserve son poste de rabbin), le chat perd la parole… Il a osé invoquer le nom de l’Eternel… Je n’en dis pas plus !

C’est drôle (pas du tout « prise de tête », comme on pourrait le penser), très fin, superbement illustré (après, on aime ou pas le dessin de Sfar…) et l’atmosphère de l’Alger du début du siècle dernier est très bien recréée.

En bref, c’est l’une des séries de bandes dessinées que je relis régulièrement avec un plaisir toujours renouvelé… Et c’est suffisamment rare pour être noté !

Tome 1 : La Bar-Mitsva

Tome 2 : Le Malka des Lions

Tome 3 : L’exode

Tome 4 : Le Paradis Terrestre

Tome 5 : Jérusalem d’Afrique

L’adaptation cinématographique sous la forme d’un film d’animation en 3D sortira fin mars 2011, avec notamment les voix de François Morel (le chat), Maurice Bénichou (le rabbin) et Hafsia Herzi (Zlabya)

2 Commentaires

Classé dans Culture

Histoire de crème : la Masvelt de Clarins

C’est l’un des must-have en matière de crèmes pour le corps, et c’est mérité : la Masvelt est certainement l’une des crèmes les plus efficaces pour retrouver une peau douce et ferme et gagner la partie contre les petites rondeurs localisées (je dis « l’une des plus efficaces », car je n’ai pas tout testé non plus ; mais à ce jour, c’est « la plus efficace » de toutes celles que j’ai testées.) Et c’est aussi, ce qui ne gâche rien, l’une des plus agréables à appliquer.

Avec ses 8 millions de pots vendus dans le monde depuis sa mise sur le marché, en 1973, c’est l’un des produits phares de la marque.

Sa formule repose sur le bien nommé Sveltonyl, un complexe exclusif développé par Clarins qui amincit, raffermit et stabilise ; les larmes de bambou qui ont une action désinfiltrante et raffermissante ; la caféine et le garcinol, aux propriétés amincissantes ; et la kératoline, lissante et adoucissante.

La texture, fine et fondante, se prête particulièrement au massage, ce qui est essentiel pour activer la circulation et désinfiltrer les tissus. Rien à voir, donc, avec les textures qui sèchent illico et peluchent dès qu’on essaie de masser pour faire pénétrer. Pratique quand on est pressée, certes, mais bien moins efficace. Pas besoin d’en mettre une tonne, la texture « s’étale » parfaitement.

Le résultat : les « zones rebelles » s’affinent, on retrouve un joli grain de peau (merci la kératoline). A la différence de beaucoup de ses consoeurs, la Masvelt fait plus que ce qu’on lui demande (ce qui est déjà pas mal !) en agissant aussi sur la qualité de la peau. Elle a en outre une odeur subtile et très agréable.

Et donc on la rachète les yeux fermés. Dans un marché de crèmes minceur  saturé chaque printemps de nouveautés, aux promesses toutes plus mirifiques les unes que les autres, c’est une belle preuve de son efficacité…

2 Commentaires

Classé dans Beauté